Focus sur la télémédecine vétérinaire

Depuis quelques mois, la téléconsultation fait partie des tendances digitales en vogue dans le domaine vétérinaire. Elle est encore plus au cœur de l’actualité en France avec le début de la crise sanitaire qui nous a frappés de plein fouet il y a quelques semaines.

# Position de l’ordre et réglementation

Autorisée, tolérée, interdite ?

Le Journal officiel du 6 mai a publié un décret autorisant et encadrant la télémédecine vétérinaire pour une durée de 18 mois à titre d’expérimentation. Cette période s’arrêtera le 7 décembre 2021, date à laquelle l’Ordre fera un bilan pour déterminer si ce service continuera ou pas dans les mêmes conditions.

# Les principaux fournisseurs proposant ou développant le service 

# Les solutions de prise de rendez-vous en ligne qui proposent aussi le service

image Linkyvet

# Les fonctionnalités basiques 

La fonction de base est donc la liaison entre le vétérinaire et le propriétaire par visioconférence en utilisant un Smartphone ou un ordinateur. Elle peut être adaptable à toutes les activités vétérinaires.
Pour venir compléter sa consultation, le vétérinaire pourra aussi principalement retrouver les fonctionnalités suivantes :

  • Utiliser un pointeur pour indiquer au propriétaire où diriger son téléphone pour le guider dans sa manipulation ou pour affiner le diagnostic à distance.
  • Faire des captures d’écran de l’animal pendant la consultation pour venir compléter le compte rendu. Les clichés seront archivés par le vétérinaire pour venir compléter le dossier animal.
  • Afficher des clichés sur l’écran client, capturé pendant la consultation, pour permettre au vétérinaire de commenter une pathologie sans que l’animal soit de nouveau manipulé.
  • Créer et envoyer automatiquement son compte rendu au client après la consultation
  • Avoir une passerelle entre son logiciel métier et son service de téléconsultation afin d’éviter les doubles saisies
  • Enregistrer et archiver sa téléconsultation
  • Intégrer un système de paiement

# Les avantages de la télémédecine vétérinaire 

La télémédecine vétérinaire est un formidable outil de fidélisation qui vient proposer un service apportant une dimension supplémentaire à la relation vétérinaire-propriétaire.

Elle permet de :

  • Assurer un suivi de soins à distance en évitant le stress de l’animal (post-opératoire, dermatologique, observance…) pour répondre à une problématique de distance ou de temps disponible du propriétaire (vacances, empêchement…)
  • Consulter rapidement en cas d’urgences pour assurer une meilleure régulation et indiquer les premiers soins le cas échéant
  • Consultation des confrères spécialistes pour venir affiner un diagnostic (proposé par Wizzvet)
  • Evaluer par l’observation de l’animal dans son milieu habituel (comportement)
  • Prendre contact avec le client pour le rassurer pendant que son animal est hospitalisé
  • Consulter des animaux qui d’ordinaire ne seraient pas médicalisés faute de temps et proposer de la médecine préventive
  • Développer l’activité de votre structure en proposant un service innovant à vos clients

# Les limites de la télémédecine vétérinaire 

La télémédecine vétérinaire demeure un outil de complément de l’acte de consultation en présentiel. Ses limites sont bien réelles :

  • Il faut que le propriétaire dispose d’un Smartphone et d’un réseau de bonne qualité
  • Il faut que le client puisse tenir son Smartphone et son chien au même moment…pas facile quand il s’agit de maîtriser seul un Berger Allemand indiscipliné 🙂
  • Pas de palpation possible
  • Pas de possibilité de faire un examen complémentaire pour vérifier un diagnostic

# Le coût 

On retrouve différents business models, qui peuvent évoluer en raison de la situation de crise, voici quelques exemples :

Abonnement mensuel, variable en fonction de l’animal et l’heure de la journée comme pour callmyvet

Gratuit pour le vété Sans abonnement pour le vétérinaire qui peut fixer son tarif.   Le client effectue ses paiements au vétérinaire consultant. Liv’Vet prélève un montant fixe s’élevant à 3,50€ par consultations pratiquées : Liv’Vet 

Facturation mensuelle sans engagement pour plusieurs licences utilisateurs en connexions simultanées : Linky Vet

La réduction de la frontière entre le monde physique et le monde digital est de plus en plus prononcée avec l’installation de services connectés de type télémédecine. Le vétérinaire doit pouvoir répondre aux nouveaux besoins des consommateurs de plus en plus impatients et exigeants. Il doit moderniser sa proposition de valeur en offrant un écosystème complet de services digitaux interconnectés dans lequel la télémédecine y a toute sa place. L’autorisation de la télémédecine sera un pas de plus dans la création de la fameuse médecine vétérinaire des « 4 P ».

Article rédigé par Damien Fraïoli – Responsable Pôle Digital Alcyon France

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Liv’Vet, la solution de télémédecine vétérinaire bientôt disponible !
Nous avons le plaisir de vous informer que la solution Liv'Vet est …
La télémédecine vétérinaire autorisée
Le Journal officiel du 6 mai a publié un décret autorisant et …
Le digital au service des vétérinaires pour faire face au COVID-19
En cette période de crise sanitaire, les vétérinaires se doivent de respecter …
COVID 19 – Continuité des services Chezmonveto
Les mesures de confinement imposées par le gouvernement pour endiguer l’épidémie du …

3 Comments

  1. Daridon

    – et pour la rurale et l’industrie?
    – Installé en Roumanie, puis-je faire de la teleconsultation en France?
    – Quelle est ma responsabilité enncas d’erreur de diagnostic?

    1. Alcyon Solutions Digitales

      Bonjour,
      Ce service sera utile à toutes les activités vétérinaires.
      Votre problématique juridique nécessite la mise en place d’un encadrement réglementaire pour délimiter la responsabilité du praticien.
      D’où le temps pris pour autoriser le service en l’état.

  2. ARZUR

    Quid de la prescription d’antibiotiques hors examen clinique physique ? Est-ce conforme à la prudence aujourd’hui exigée dans le cadre de l’usage prudent et raisonné des antibiotiques ?
    Même question pour les anti-parasitaires ?

Laisser un commentaire